Médiation, voyage de l’esprit.

Publié le par séléane

Le méditation est une des techniques de base qu’il faut, je pense, maîtriser un minimum pour entrer dans le monde de la magie. Elle peut servir aussi bien à répondre à une question qu’à entrer en contact avec quelqu’un ou quelque chose, elle peut faire partie d’un rituel ou d’un sort. 

Comment maîtriser cette technique ?

Il faut tout d’abord maîtriser la visualisation :
donner forme à vos pensées. Arriver à voir ce qui n’est pas physiquement là.
Commencez par des objets simples et que vous connaissez bien. Choisissez un endroit calme, sécurisant. Créez une atmosphère propice : encens, éclairage doux (bougies… ?). Installez-vous confortablement, assis en tailleur ou couché, les membres allongés. Fermez les yeux et imaginez que l’objet choisi est là, devant vous. Visualisez sa forme, sa couleur, sentez son odeur, sa texture… Quand vous maîtrisez bien cela faites bouger cet objet, transformez le : changez sa couleur, sa texture, sa forme jusqu’à avoir devant vous un objet inconnu.
Continuez ces exercices avec des objet plus gros, plus complexes puis des êtres, animaux, végétaux, humains. Et enfin essayez de leur donner vie, d’interagir avec eux.
Vous serez alors prêt pour tenter des méditations.

Les débuts :
Au début peut-être que vous ne verrez que des couleurs ou ne sentirez que des odeurs ou des textures. Ensuite cela deviendra plus construit.
Pour ma part, lors de mes premières méditations seules des couleurs me venaient, je les interprétais ensuite en fonction de leurs symboles, des idées qu’elles faisaient émerger en moi.
Des tisanes ou encens choisis en fonction du but à atteindre peuvent favoriser vos méditations.

Je différencierai 3 phases dans une médiation :

la mise en condition (vide intérieur), le voyage et le retour.

Faire le vide, se concentrer :

Avant tout il faut vous débarrasser de toutes vos préoccupations, de tous vos soucis, faire le vide pour être vraiment là, dans l’instant présent et pouvoir vous concentrer.
Pour cela vous pouvez utiliser des mantras (phrases répétitives) ou des sons : musiques, rythmes ou encore des visualisations.
Voici deux propositions qui me réussissent bien.
L’arbre : position debout, jambes écartées de la distance des hanches, genoux légèrement fléchis, bras formant un cercle presque fermé (les bouts des doigts s’effleurent) devant le plexus solaire (pour les personnes ayant des problèmes cardiaques, descendez les mains en face du nombril). Pensez à bien relâcher vos épaules et votre bassin (décambrez vos reins). Vous êtes un arbre, l’énergie circule en vous : à l’inspiration, elle monte par vos pieds (énergie de la terre), suit vos jambes, elle entre aussi par le sommet de votre crane et le bout de vos doigts (énergie solaire, aérienne) jusqu’à un point environ 3 cm au dessous du nombril, elle se condense, se mélange à votre énergie puis, à l’expiration, elle est à nouveau divisée vers les jambes, les bras et la tête. Si vous commencez à sentir des crampes ou des tensions, n’hésitez pas à bouger légèrement, vos mouvements suivant la cadence des respirations.
La mer : vous êtes couché, bras et jambes allongés, paumes vers le ciel. A l’inspiration, un fluide entre en vous par les mains, les pieds et le haut du crane, il récupère toutes les tensions, humeurs… et les achemine jusqu’aux poumons. A l’expiration, le flux repars en sens inverse, lumineux et pur.

Le voyage :

Quand vous avez réussi à faire le vide, que vous êtes bien là et uniquement là, le voyage peut commencer.
Visualisez un lieu, hors du temps et de l’espace, où vous vous sentez bien, en sécurité (il peut être l’image d’un lieu existant vraiment). Dans ce lieu visualisez une " entrée " : porte, entrée de grotte, puit… Vous la passez et vous trouvez sur un " chemin " que vous empruntez ou qui vous emporte : escalier, cours d’eau, " toboggan " de verdure ou de roche, trou… Concentrez-vous bien sur le but, le lieu, la personne à atteindre et le chemin vous y guidera. La méditation est alors un savant équilibre entre le lâcher prise, laisser aller et la concentration sur le but à atteindre. Si vous ne vous concentrez pas assez, vous risquez de vous retrouver dans un endroit non désiré. Si vous vous concentrez trop, voulez trop maîtriser, vous ne verrez que ce que vous vous attendez à voir.

Le retour :

Lorsque le voyage est terminé, le retour risque de se produire naturellement, vous ramenant à votre point de départ, ici et maintenant.
Si ce n’est pas le cas, gardez toujours à l’esprit votre lieu de départ et concentrez-vous dessus pour y revenir et revenir doucement à la réalité.

Vous pouvez aussi utiliser un objet que vous garderez dans votre main durant le voyage, il vous aidera à atteindre votre but mais vous permettra aussi de vous rattacher à quelque chose de tangible pour revenir.

Publié dans laboratoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sarhanne 23/07/2008 16:40

Bravo ma Belle, très joli et synthétique! j'adore. Je rajoute une note (pour mémoire). Tout à fait au début j'avais tendance à voir "plusieurs fois" la descente. Je me disais que je n'était sans doute pas assez concentrée ou quoi. Puis j'en ai discuté avec d'autres (qui débutaient comme moi) et qui m'ont dit que pour eux c'était pareil. Cà et la tendance à m'endormir au milieu (en particulier quand je faisais les méditations allongés). Ce qui est particulièrement frustrant. Donc, pas de panique, les débuts sont toujours un peu difficiles!!!Note n°2: penser à avoir à coté de soi le sempiternel carnet de note, les impressions sont souvent très fugaces et disparaissent assez vite après la méditation.Encore bravo.Bisous tout pleinSar 

séléane 25/07/2008 00:05


Merci pour le compliment mais surtout pour les notes.
J'avais oublié la 1 dans un coin de mon esprit...?!
Et comment ai-je pu ne pas mettre la 2!! Ne jamais oublier son carnet!! Au risque d'oublier ses voyages. En effet, les souvenirs sont tellement fugaces quand on en revient.

Plein de bizz
Séléane