réflexion lunaire

Publié le par sarhane

Prélude : une éclipse de Lune n’est pas stricto sensu l’équivalent d’une Pleine Lune et/ou d’une Nouvelle Lune, que ce soit au niveau astronomique (dans une éclipse de Lune, le satellite passe dans l’ombre de la terre, alors que pour la nouvelle lune, le soleil est derrière la lune) ou au niveau magique. Je livre ici juste les réflexions qui me sont venues.

Contrairement à ma chère Séléane, j’ai pu admirer le spectacle cosmique de Samedi : si une épaisse couverture nuageuse couvrait le ciel de Paris, elle laissait quelques interstices de temps à autres pour suivre l’évolution de l’éclipse. Un vrai bonheur, juste dans l'encadrement du velux, pas même besoin de sortir en pyjama se geler les pieds et méditer dans la rue (ce qui au demeurant aurait pu alerter mes voisins sur mon état mental). J'ai été prise d'un sentiment mystique en assistant à l’événement, ce qui m’arrive rarement. J’avais la sensation que cela faisait la synthèse des visages de la Déesse Nocturne : Pleine Lune et Lune Noire.                                                                                                                      Si généralement l’astre en son plein est considéré comme bienfaisant, il n’en est pas de même de la Nouvelle Lune. A ce propos, on peut citer Donato par exemple : " c’est au moment la Lune croit que la magiste doit se servir de ses influences dans ses opérations. Quand elle décroît, rien ne peut réussir. " (cours pratique de Magie). Nous en revenons là aux vieilles oppositions manichéennes et justement, je suis contre cette vision du tout blanc ou tout noir. La mort, la Lune Noire, notre part d’Ombre sont des éléments qu’il ne faut pas occulter ou fuir, mais intégrer, tout comme notre part de Lumière. J’ai prié ces deux visages ce soir là. Et oui, comme quoi personne n’est à l’abri d’une crise mystique de temps à autre ; ).

Publié dans les sorcelleuses

Commenter cet article