Ostara1

Publié le par sarhane

Ostara symbolise la victoire du printemps sur l'hiver, la renaissance du Dieu Soleil, la fertilité de la Terre, l’Equilibre du jour et de la nuit : c’est l’équinoxe de printemps.

 Etymologie 

La similitude entre le nom d’Ostara, nom d’une déesse germanique, et d’Easter, le nom anglois pour Pâques, n’est pas fortuite. Ostara est aussi appelé Oestara, Jour d’Eostre (déesse saxonne de la fertilité), Alban Eilir (nom druidique), Festival des arbres, Jour de la Dame. On y a placé la St Patrick (fête très importante en Irlande)… Son nom dérive d’Oestre, Déesse teutonique de l’aube et du printemps. Cette déesse de la fertilité porte également en Saxe le nom d’Eostre, ou simplement Ostara chez les germaniques.

Tradition

La Déesse Eostre favorisait les naissances, des humains et des animaux, et la germination des végétaux. La légende dit qu' Eostre est née d’un œuf, symbole de la vie en devenir, et qu'elle était accompagnée d’un lièvre, animal prolifique s’il en est ! A ce propos, il est réjouissant de constater que nous avons jusqu’à nos jours conserver la traditions de la chasse aux œufs de pâques, déposé dans les jardins par … un lagomorphe (lièvre ou lapin) ! Dans la tradition germanique, cet animal lunaire est associé au passage, il montre des chemins entre l’univers des hommes et des mondes merveilleux, comme le lapin entraîne Alice dans l’œuvre de Lewis Caroll. Des œufs étaient décorés puis jetés dans l’âtre ou enterrés en offrande à la Déesse.

Les festivités tournaient en majeure partie autour des champs et des semailles : les invocations demandaient des conditions météorologiques favorables. Les familles se réunissaient dans les champs pour prier au moment du premier coup de bêche, marquant ainsi le début des labours. En Irlande, les laboureurs conduisaient les chevaux dans le sens des aiguilles d’une montre, pour attirer la bénédiction du Soleil sur leurs terres.

Il était temps de faire bombance et de vider sans regrets les réserves de conserve et de salaison. Avec les beaux jours vient la fin des mois de rationnement et la possibilité de manger à nouveau des produits frais. Les activités des champs reprenaient alors, marquant la fin d’un cycle d’inactivité, entamé à Mabon. Les païens allumaient des feux à l’Aurore, pour honorer la Déesse et Bélénos, l’équivalent Celte d’Apollon, Dieu de la lumière.

Publié dans casse méninge

Commenter cet article