Trois piliers

Publié le par sarhane

J’ai longuement médité sur les éléments psychologiques déterminant dans la pratique ésotérique. J’en suis arrivée à l’image suivante : mon monde éso intérieur ressemblait à un temple que j’édifiais peu à peu, dans lequel j’accumulais les méditations et les constatations. Ce temple était soutenu par deux piliers : le premier la volonté et le second la foi. La volonté permet d’avancer en toutes choses, bonnes ou mauvaises. Sa direction ne tient qu’à nous même et à notre propre charte morale. Le second, la foi, permet de se révéler à soi même les événements du domaine de la magie, de lever la toile de plomb du doute. Mais j’étais là bien embêtée. Ces deux piliers sont les même que ceux du croyant obtus, qui adore toute sa vie le même principe mystique sans jamais comprendre un traître mot de ses propres prières. Le dernier pilier, c’est au texte d’une connaissance que je le dois : l’imagination. En effet, c’est elle qui entretient le mouvement dans ce site, qui permet d’avancer plus loin encore que ses prédécesseurs, c’est elle qui forge une vision du monde propre et nouvelle à chaque individu.

Nous pouvons alors faire le rapprochement suivant. La démarche du croyant se reposerait sur la foi et la volonté, celle du scientifique exclut la foi et se construirait sur la volonté et l’imagination. La démarche sorcière est une forme de recherche (dans le sens scientifique) d’une spiritualité (au sens mystique) personnelle (entr’aperçus par l’imagination).

Attention, comme pour toutes choses, il faut envisager ces points dans un équilibre : volonté n’est pas obstination, foi n’est pas aveuglement, imagination n’est pas schizophrénie.

(photo du Pilier de Queribus, chateau Cathare)

Publié dans casse méninge

Commenter cet article