Petite introduction au néochamanisme

Publié le par séléane

Voici, en attendant plus, un petit extrait de l’introduction du livre " Médecine pour la terre " de Sandra Ingerman. Il donne je trouve un très bon avant goût...

En règle générale, les chamans entrent dans un état de conscience modifié en écoutant le son d’un tambour, ce qui permet à l’âme de s’envoler vers ce que Carlos Castaneda a appelé une réalité non ordinaire. Ils traversent ainsi 3 royaumes différents : le monde d’en bas, le monde du milieu et le monde d’en haut. Pour Michel Harner, les mondes en bas et en haut est " le foyer des esprits bienveillants ". Dans ces royaumes, le chaman travaille avec des esprits qui lui apparaissent souvent sous la forme d’animaux de pouvoir appelés esprits protecteurs, et avec des guides ou maîtres, traditionnellement des personnalités religieuses ou des ancêtres défunts.

Il existe de nombreux niveaux dans les mondes en bas et en haut, car il s’agit d’un univers infini. L’exploration de ces royaumes permet de découvrir différents niveaux et des paysages variés, ainsi que de communiquer avec différents maîtres et animaux de pouvoir qui proposent généreusement leur sagesse et leur aide thérapeutique.

On parvient au monde d’en bas en empruntant un tunnel qui descend dans la terre. Dans ce monde, le paysage est plutôt terrestre, rempli de montagnes, de déserts, de mers, de jungles impénétrables et de forêts. Le monde d’en haut est plutôt brillant et habillé de couleurs qui vont des pastels les plus doux à l’obscurité absolue. Dans le monde d’en haut, je sens un sol sous mes pieds, mais je n’ai pas l’impression qu’il s’agisse de la terre. Les paysages en sont très variés. Je peux très bien me retrouver dans une ville de cristal, ou tout simplement au milieu des nuages. Le monde du milieu est en fait l’univers spirituel de notre monde ordinaire et permet aux chamans de retrouver des objets perdus ou volés et de pratiquer des guérisons à distance.

.

Image : "voyage" huile sur toile de Patrick Vidal, 1998

Publié dans tabularium

Commenter cet article