Premier pilier : la Volonté

Publié le par sarhane

 
La littérature magique (Papus, Donato, Sentier…) fourmille d’indications dans ce sens. L’affermissement de la Volonté peut passer par une astreinte à l’étude, une modification de l’hygiène de vie, des exercices à pratiquer de façon quotidienne et soutenue…

Si on résume un peu brutalement : la magie n’est pas un domaine que l’on possède parfaitement un jour, ces arcanes ont souvent tendances en plus à nous filer entre les doigts et qui s’y frotte s’y pique… comme dit l’autre. Sachant cela, a t on toujours envie de s’y lancer ? Si j’en reviens à ma propre expérience, après des débuts sur des chapeaux de roue (tout marche, c’est super, je suis trop forte), on passe par des mois de creux de vagues et de stérilité. Rien n’est plus frustrant que de chercher un bouquin qui n’est plus édité, de vouloir échanger et de ne trouver personne, faire du sur place. C’est pareil partout ! Mais particulièrement dans le monde ésotérique, où la littérature est criptée quand elle n’est pas farcie d’âneries ou plus simplement partie en fumée, où les ego prennent des dimensions babeliennes, où aucunes références ne se distinguent. C’est un travail de fourmis de rassembler des connaissances, penché au dessus de textes abscons, à trier les informations valables des délires schizophrènes, celui d’un papillon d’être à l’écoute de ce qui nous entoure et de revenir sans cesse à ce que l’on croyait acquis. On passe par maintes frustrations quotidiennes et découragements.

La volonté est un rempart contre la dissolution. Percer les arcanes magiques demande au sorcier une volonté de fer et il en est de même pour conduire un rituel à son but. La Volonté permet d’affronter sa peur face à des événements qui nous échappent et à nous même, et à franchir nos propres limites. Enfin, c’est la Volonté qui permet de tenir le cap et de rester fidèle à nos principes. Sans elle, l’ésotériste s’effondre au premier obstacle. Rien ne sert alors de soulever les premiers voiles de ce monde.

Publié dans casse méninge

Commenter cet article