Quatrième conférence : « le sens des poèmes runique et la signification des runes »

Publié le par sarhane


Je dois avouer qu’une conjonction de facteurs – fin de colloque, méconnaissance du sujet- m’a rendu un peu plus dissipée à cette conférence et j’ai peu de notes (mea culpa, mea maxima culpa). Y. Kadratof traduit les poèmes en vieux norrois, en ancien anglais et islandais, recelant les clefs des Runes. Il donne une nouvelle interprétation de ces derniers, cherchant le sens profond et païens des symboles sacrés. Il les replace dans leur contexte mythologique, les chante et les danse même. Ces textes anciens ont été jusqu’alors le terrain d’étude d’érudits –certes brillants- mais chrétiens, qui ont donc cherchés la lettre, sans trouver l’esprit. Ce qui a engendré des erreurs énormes dans la compréhension du sens profond des Runes. De plus, la plupart de ces universitaires maitrisaient extrêmement bien l’un des langages (norrois, anglais ancien ou islandais) en ne comprenant goutte ou presque des deux autres, quand seule une étude comparée des textes auraient permis de percer le sens d’un vers.

Ce qui m’a frappé le plus, c’est l’idée que la plupart des études archéologiques, des traductions, … ont été faite ces derniers siècles par des savants qui n’étaient pas des païens. Quelles nouvelles compréhensions pourraient émerger de ces découvertes avec une vue païenne ? Par exemple, j’ai récemment lu « les Esprits et les Morts, Croyances médiévales » (excellent ouvrage), qui réunit des textes court du Moyen Age, écrits pour la plupart par les lettrés de l’époque –donc des ecclésiastiques-. Les auteurs du livre les mettent ensuite en relation –en miroir- avec d’autres croyances plus anciennes. Ainsi, l’histoire des « enfants verts » pourrait être la survivance du mythe des elfes ; le Roi nain, qui joue un sale tour au Roi Herla, un représentant du petit peuple ; et l’errance de ce fameux Roi Herla, un voyage dans l’autre monde semblable à celui de héros celtes comme Cuchlaïnn… 

Y. Kodratoff écrit en ce moment un nouvel ouvrage sur le sujet, avec ces mises à jour sur la signification des Runes.

 

Juste pour finir, je n’ai pas eut le temps de parler de la table ronde ou des interludes musicaux du groupe Lune Rousse, mais j’ai vraiment beaucoup apprécié l’ensemble de cette journée de conférence et espère que d’autres auront lieu (partout en France, il n’y a pas de raison que seuls les parisiens en profite) ! Un grand merci donc aux organisateurs du colloque.

Publié dans casse méninge

Commenter cet article

sarhane 10/05/2007 10:03

mdr, et pourquoi pas une Rune de cerveau!Des foins peut être, mais des moissons surement, à moins que tu préfère là une Rune de la guérison qui serait surement plus appropriée!BizSar

Le rÎdeur 10/05/2007 01:22

Est ce qu'il y a une rune des foins?le rodeur, saturd'hay (night) fever.