Méditation de la Toile de Vie

Publié le par sarhane

Voici une méditation visuellement et spirituellement très réussie. Une amie l’a tirée d’un livre de Starhawk et guidé l’exercice pour Litha. J’en profite pour l’en remercier ici une nouvelle fois. C’est encore plus intéressant quand l’assemblée est nombreuse.

Le but en est de se fondre dans la Toile de Vie, de se situer soi-même comme un élément de cette toile.

Elle ne nécessite que des pelotes de laine, une par personne. Ensuite vous pouvez user de bougies, d’encens,… à l’envie. Un autre avantage, même s’il est toujours plus agréable de pratiquer en Nature, cet exercice peut se réaliser en intérieur.
 
Une fois le cercle tracé, les éléments et les divinités invités, disposez vous en cercle. Chacun des participants noue une extrémité du fil autour de sa taille, puis se passe de l’un à l’autre de manière aléatoire la pelote en la débobinant. A chaque fois que l’on reçoit une pelote, on s’enroule un tour de plus. L’ensemble finit par former une large toile irrégulière de couleurs variées.

Chacun ferme alors les yeux et projette son énergie vers les fils. Voici le voyage, que je vais essayer de retranscrire fidèlement :

« Imaginez que vous êtes un bourgeon. La sève monte lentement à travers les branchages, l’inonde et la feuille se déploie, s’étale, se défripe. Elle se gorge de soleil. Elle sent la pluie glisser sur elle, le vent la frôler… Un temps infini se passe. Puis le temps se refroidit. La sève se retire et la feuille perd sa couleur, se dessèche. Enfin, la base du pétiole se rompt. Elle tombe, tourne et tourbillonne, jusqu’à se poser sur le sol. C’est la fin d’une forme, mais pas la fin du cycle… Le sol est plein de vie lui aussi. Sentez tous les micro-organismes vous grignoter petit à petit, la décomposition, la pourriture. Et l’humus se fond dans la terre, chaque atome se détache et se glisse dans les sous sol, au plus profond. Imaginez-vous cette lente descente dans les profondeurs de la Terre. Mais ce n’est toujours pas finit. Les atomes rejoignent les roches en subduction. Puis après un infini de remous et se temps, la roche remonte jusqu’à la surface et s’érode. Le vent en emporte les particules et les dépose à nouveau. Un verre de terre vient à l’avaler, l’atome transite dans son ventre et en ressort. Il se mêle à la boue. Enfin, l’atome est happé par une racine. Elle se mêle à la sève, grimpe par le réseau et se glisse dans un bourgeon tout neuf. »

Pendant tout ce temps, sentez les mouvements imprimés à la toile, par les mains, le buste, et l’énergie partagée par les fils. Nous participons tous à ce même réseau, à toutes ces formes. Cet exercice vise à prendre conscience de ces passages (même si cette description méditative est plus poétique que valide d’un point de vue géologique).

Sortir des liens et des nœuds se révèle assez acrobatique. Ensuite, faites les offrandes et libations, remerciez les lieux et les divinités.   

Personnellement, je pense que tissage de base peut servir de support à beaucoup de rituel de groupe. En particulier, je songe à une invocation à Aradia.

image Briard

Publié dans laboratoire

Commenter cet article