Souvenirs de Bretagne : Gavrinis

Publié le par séléane

Un été, nous sommes donc parties à l’aventure en Bretagne. Nous y avons bien sûr chassé les mégalithes et n’avons pas été déçues. Gavrinis était un des plus marquants, son souvenir trône d’ailleurs au dessus de ma cheminée.

Sa première originalité est sa situation : sur une île de 750m sur 400m dans le golfe du Morbilhan, en face du bourg de Larmor-Baden. Nous nous y sommes donc rendues à bord d’un petit bateau. La balade en mer était déjà très agréable. L’île est aussi très accueillante mais impossible de la visiter hors des visites guidées.

Gavrinis viendrait d’un radical vieux-celtique : Govero qui est associé à l'idée de torrent encaissé, de ravin, de tourbillon caché (cf. le français "gouffre"). Or l'île de Gavrinis domine le chenal de la rivière de Vannes qui traverse le Golfe, précisément à l'endroit où il est parcouru par les courants de marée les plus violents.

Une fois débarqués, nous traversons une petite construction moderne où nous déposons nos sacs et ressortons à la lumière du jour pour prendre un petit sentier. La première chose que nous découvrons alors est un cairn bâti en pierres sèches de 100m de circonférence sur 8m de hauteur.

Au milieu de cet amas de pierre, une grande entrée donnant sur une allée couverte : un couloir de 14m de long se terminant par une chambre presque carrée de 2,5 m de côté formés de 50 dalles brutes juxtaposées.

Une fois les yeux habitués à la pénombre, nous découvrons que 23 d’entre elles sont entièrement ornées de lignes étranges : spirales, écussons, haches, crosses….

Le lieu, comme beaucoup d’autres lieux touristiques, semble avoir un peu perdu de son souffle avec les passages incessants mais l’effet reste impressionnant et envoûtant, comme une puissance endormie.

 

Intriguée par tous ces symboles que notre guide n’a que très peu expliqués, je suis allée fureter sur le net et j’ai découvert un site intéressant sur le sujet : http://www.culture.gouv.fr/culture/arcnat/megalithes/fr/mega/megagav.htm

 

Et voici à mon goût une proposition d’interprétation intéressante :

On entrevoit une possible logique dans l'organisation de ce décor :

~ pour le "simple passant", le couloir, même ouvert, ne montre rien de particulier, les dalles se perdant dans la pénombre ;

~ les premiers décors, assez simples, devaient se laisser interpréter assez facilement par des visiteurs tant soit peu imprégnés de la mythologie néolithique ;
~ la partie antérieure du pilier n° 24, en saillie à mi-longueur du couloir, se laisse deviner pratiquement depuis l'entrée. Or il s'agit d'une panoplie d'armes, comme pour monter symboliquement une garde dissuasive ;
~ c'est à ce niveau que commencent les compositions complexes, à l'interprétation sans doute bien plus délicate (même pour les Néolithiques) et requérant peut-être un certain degré d'initiation ;
~ enfin, pour entrer dans la chambre à l'ambiance déroutante, il convient d'enjamber (ou de piétiner ?) un seuil au décor hautement significatif.

Si vous passez dans le Morbilhan n’hésitez donc pas à vous rendre à Larmor-Baden pour une petit excursion….

Publié dans maraudages

Commenter cet article

Alberto Pimpinelli 02/04/2008 10:42

Bonjour,si vous n'êtes pas refractaire à un peu d'auto-promotion, je voudrais vuos signaler un roman que je viens de publier sur Stonehenge, Gavrinis, et la préhistoire en générale. Vous pourrez le trouver chez l'éditeur, au lien http://www.lulu.com/content/1130079Jettez-y un oeil svp !Cordialement,Alberto Pimpinelli