Lughnasadh

Publié le par sarhane et séléane

Lamas, Elembiuos, Thingtide, August Eve, Feast of Bread

Lughnasadh (1er Août) correspond à la première récolte, lorsque les plantes printanières se fanent et laissent tomber leurs fruits ou leurs graines pour notre usage et pour assurer les récoltes futures.

Lughnasadh, que l'on appelle aussi Veille d'août, fête du pain, fête de la moisson ou Lammas, n'était pas nécessairement célébrée ce jour précis. A l'origine, cette fête coïncidait avec les premières récoltes.

Allégoriquement, les forces du Dieu décroissent alors que le soleil se lève toujours plus au sud chaque jour et que les nuits rallongent. La Déesse demeure, avec une tristesse mêlée de joie, consciente que le Dieu est mourrant et que pourtant il vit toujours en elle, dans l'enfant qu'elle porte.

Un peu d’histoire :

Contrairement à ce qui se passait lors de Samain , il n’y avait pas d’assemblées légales. Cétait une fête d’amitié et de prospérité.

Quelques traits fondamentaux de Lugnasad : c’est une fête divine et perpétuelle, une fête d’obligation, une fête royale, une fête qui protège des calamités et qui garantit la paix et l’abondance.

On voulait protéger les récoltes à venir. Pendant cette fête, il était interdit de faire usage d’une lance car la présence du roi était incompatible avec une activité guerrière. Ainsi, les militaires venaient en sujets loyaux et passifs. On ne devait pas venir à la fête sans mettre pied à terre. Il était interdit de regarder par dessus l’épaule gauche, c’est à dire de jeter un mauvais sort sur la fête. On ne devait pas quitter la fête. On ne devait pas non plus nuire aux bestiaux d’autrui. La fête comportait des jeux classés et répartis par jour sur la durée d’une semaine. C’était le roi qui présidait. Il y avait des musiciens et des profanes. Le roi récompensait chacun selon la qualité de son art. Le lieu de la fête était couvert de tertres funéraires non violés. On autorisait trois marchés connexes en dehors du périmètre de la fête. Le souverain qui ne fêtait pas Lugnasad donnait l’image d’un mauvais roi qui réduit ses sujets à la misère et les accable d’impôts. Le roi était le centre de la fête. Cette fête ne comportait aucun sacrifice ni aucune cérémonie religieuse.

Quelques suggestions pour le fêter :

L'été s'en va et les wiccans retrouvent sa chaleur et sa générosité dans la nourriture qu'ils mangent. Chaque repas représente un acte d'harmonisation avec la nature et nous rappelle que rien n'est permanent dans l'univers.

C'est le temps de l'année où nous récoltons le fruit de nos efforts. Regardez votre vie et voyez où vous avez manqué votre coup, et si vous pouvez toujours réussir. Qu'avez-vous accompli que vous vous étiez donné comme objectif d'obtenir? Qu'avez-vous encore à faire? Méditez sur comment ce qui est arrivé est directement ou indirectement lié aux les choix que vous avez faits. Réfléchissez maintenant sur ces choix et voyez où votre liberté d'agir vous a mené. Êtes vous content de ces choix? Sinon, qu'est-ce que vous pouvez changer maintenant?

L’usage veut que vous plantiez les graines des fruits consommés pendant la cérémonie. Si elles germent, prenez soin de la plante avec amour, car elle symbolise le lien qui vous unit à la Déesse et au Dieu.

Le tressage est une activité particulièrement adaptée à Lughnasadh. Il se fait à partir des céréales que l’on récolte à cette période : orge, blé… Vous pouvez tresser des nœuds à offrir à vos amis ou une petite poupée. Cette poupée veillera sur votre maison pour l'année et elle devra être rendue à la terre lors des premiers labours de l’année suivante : elle symbolise alors la fertilité de l’année passée et les espoirs en l’année à venir.

La coutume veut aussi qu’on se rende dans les champs, les plantations, prés des lacs et des puits.

C'était aussi l'occasion, pour les druides, de rendre hommage à Lugh et de célébrer des rituels de protection. D'ailleurs, tous les charmes, sortilèges et potions destinés à protéger et conçus en cette journée possédaient des propriétés accrues pour combattre les forces du mal ou les influences négatives.

Le repas

A l'occasion des premières récoltes on transforme le grain en farine. Le pain est donc à l'honneur. En Italie, au Moyen-Âge, on préparait des tortellinis, qui représentent le nombril de Vénus, déesse de l'amour et de la fertilité. Vous pourrez les accompagner d'agneau à la broche (méchoui), de riz aux légumes, de pain de maïs, de ratatouille. Proposez également des tortillas, des tartes aux petits fruits (fraises, framboises, bleuets, mûres...), des gâteaux aux pêches, de la salade de fruits, tous les fruits de saison (pêches, poires...). Arrosez le tout (avec modération) d'hydromel, de bière et de vin.

Sur la roue des saisons, Lughnasadh est à l'opposé d'Imbolc, il en est de même pour leur symbolique : on récolte aujourd'hui les fruits des graines plantées à Imbolc.

Publié dans casse méninge

Commenter cet article