Lugh

Publié le par sarhane

Lugh est l’un des principaux héros des Tuatha de Danann. Une version de la légende dit qu’il naquit de Cian et de Ethniu, fille de Balor. Une prophétie voulant que celui-ci meure de la main de son petit fils, il enferma sa fille dans une haute tour de cristal. Mais Cian, avec l’aide de la druidesse Birog, réussit à entrer et à séduire la jeune femme. Elle mit au monde des triplets, que Balor s’empressa de jeter dans l’océan. Birog réussit à en sauver un, Lugh, qu’elle confia à Manannan mac Lir et à une nourrice Tailtiu.

Une fois arrivé à l’âge de jeune homme, Lugh rejoignit Tara, à la cour du Roi Nuada (ou Nùadu), qui gouvernait les Tuatha de Danann. Lugh fut d’abord refoulé par le gardien, alors qu’il proposait de se mettre au service du Roi de Tara tour à tour comme bâtisseur, forgeron, champion à la lutte, guerrier, poète, historien, harpiste, magicien, médecin, échanson, ou encore fondeur de bronze. Le gardien finit par céder quand Lugh lui demanda si quelqu’un d’autre pouvait remplir tous ces rôles à la fois. Une fois à la cour, il fut mit à l’épreuve, mais remporta tous les défis. Lugh est donc le Dieu aux multiples Arts, un Dieu polytechnicien, que les Romains rapprochaient de Mercure. Devant tant d’exploit, le Roi lui céda le trône pour 13 jours et 13 nuits, afin qu’il boute hors de leurs terres leurs ennemis les Fomorians (ou Fomoires). Nous retrouvons là Balor, l’un des Fomoires les plus craints et les plus terrifiants. Son œil pouvait lancer un poison mortel. Alors qu’il s’apprêtait ainsi à foudroyer Lugh, ce dernier lança une pierre de sa fronde qui traversa le crâne du géant et les Tuatha de Danann remportèrent la victoire. Un autre Fomoire, Bres mac Elathan, échangea contre sa vie et sa liberté le secret de l’agriculture. Lugh accomplit encore bien des exploits.

Ainsi ce combat mythique entre les Tuatha de Danann et les Fomoires pourrait figurer la lutte des hommes contre les pouvoirs de la Nature, pour extraire les fruits de la Terre. Ce qui explique aussi pourquoi de la fête des moissons est dédiées entre autre à Lugh. On dit encore que Lugh institua cette fête en l’hommage de Tailtiu, ce qui fait penser aux honneurs rendus à la Terre nourricière. Certains rapprochent son nom du vieux mot Irlandais Lug ou lumière, d’autres pensent que l’origine u mot viendrait de lugio, ou serment, puisque le Dieu présidait aux contrats sociaux (Lughnasadh est l’assemblée du peuple), et qu’il protégeait marchands et voyageurs. Finalement, Lugh apparaît comme un Dieu ou héros primordial. Il appartient aux trois classes fonctionnelles simultanément : sacerdotale de par son rôle de magicien; guerrière, fonction représentée par sa lance sacré et productive (en particulier dans le domaine agricole) comme l'atteste son association étroite avec la fête des moissons. 

golden lion of Lugh

Publié dans casse méninge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article