Extracorporalité

Publié le par sarhane


Encore un pont lancé entre la science et l’ésotérisme. Un article du monde (en lien) relate les expériences récemment menées par deux instituts indépendants de neurobiologie (Londres/Stockholm et Lausanne), sur l’extracorporalité (aussi décrit comme une « décorporalisation »). Ces résultats ont été p
ubliés dans Science, l’une des meilleures revues scientifiques internationales (en lien). Cette sensation de sortir de son corps, de flotter dans une pièce ou de se trouver dans un autre corps a été abondamment décrite dans la littérature médicale (migraine, épilepsie, tétanie, NDE…) et ésotérique. On peut interpréter ce passage de Lao Tseu dans le Dao De Jing (datant environs 600 ans avant notre ère), comme une de ces sorties hors du corps physique :

« Connaître le monde,
sans sortir par la porte.
Voir la voie du ciel,
sans l'épier par la fenêtre.
Sa sortie pénètre loin.
Sa connaissance pénètre peu de personnes.
C'est pourquoi l'homme sacré connaît sans se déplacer,
décrit sans avoir vu,
accomplit sans agir.»

De nombreuses descriptions du phénomène jalonnent les différents sites ésotériques de la toile, méditation, témoignages d’expériences psychédéliques et autres. Rien de sérieux à priori pour la communauté scientifique dans tout ce bazar vaguement nouillageux (lol). Et pourtant…

Dans l’expérience, le sujet porte des lunettes de réalité virtuelle reliées un système vidéo qui le filme sous un angle inhabituel (le sujet voit son propre) et décrit au bout de quelques minutes une sensation de détachement de son corps. Ce phénomène est accompagné d’une réponse émotionnelle (anxiété) montrant que ce percept est extrêmement réaliste. Ainsi, la perception de son propre espace corporel peut donc être complètement remaniée et le concept même de « soi » sortir de nos limites physiques.


Voilà peut être un début d’explication et dans tous un dialogue encourageant entre la Science et l’Esotérisme.

Photo: nébuleuse de la rosette

Publié dans fond de besace

Commenter cet article

Zoziau 17/09/2007 10:03

Mais il y a des différences majeures entre ces expériences scientifiques et le vécu de la décorporation :- lors d\\\'une décorporation, on ne se voit pas soi-même (ou quand on pense à regarder son corps dit "astral", cette vision est floue).- la difficulté de la décorporation volontaire est de rester éveillé tout en "éteignant" nos sens. Il n\\\'y a aucun repère sensitif - réel ou factice - pour l\\\'esprit qui se... dédouble et dont une partie part en ballade.- la décorporation est d\\\'autant plus malaisée, floue, que le corps dit astral est proche du corps physique. Au fur et à mesure que l\\\'on parvient à s\\\'éloigner, la vision s\\\'affine, et on se sent "libéré" de la contrainte du corps.- en outre, la décorporation est "facile" et quasi automatique dès lors que nous sommes coupés de nos cinq sens - l\\\'usage de la kétamine et ses effets secondaires en sont un exemple: la kétamine est un anesthésiant "total" qui endort tout le corps, intégralement (vue et ouïe comprises), sans endormir le cerveau. On reste éveillé, et généralement, on "décolle". Le voyage ainsi induit par l\\\'absence des cinq sens est d\\\'ailleurs plus proche d\\\'une EMI (expérience de mort imminente) que d\\\'une "simple" décorporation.- Lors de ces expériences scientifiques, l\\\'impression de décorporation a été provoquée par une sensation physique - le toucher - faussée par une autre sensation physique contradictoire - la vue. Pour faire cesser cette impression, on fait cesser les stimuli physiques ou on les remplace par des des stimuli "cohérents". Lors d\\\'une décorporation, il n\\\'y a pas de stimuli physiques, et le retour à soi s\\\'effectue simplement en pensant à son corps physique. C\\\'est absolument immédiat et quasiment sans transition.(j\\\'ai réussi quelques rares décorporations, mais j\\\'avoue avoir très mal maîtrisé le phénomène. Par contre, ma soeur a vécu une EMI complète sous kétamine, lors de son premier accouchement. Une expérience inoubliable à tous points de vue.)

sarhane 14/10/2007 22:07

hips, désolée, je n'avais pas vu le commentaire avant (mieux vaut tard...).Je suis tout à fait d'accord avec toi sur les différences majeures entre cette expérience et le ressentie que nous éprouvons lorsque nous utilisons le "Voyage". Pour moi, cela ne tient pas forcément aux mécanismes, mais à l'Intention. Le point de convergence essentielle est que la perturbation des sens conduit à la sortie de corps. Comme tu le décris, nous passons plutôt par l'extinction des sens. A bientôtSar

Séléane 06/09/2007 18:10

Très intéressant en effet, encore une sensation "extraordinaire" expliquée par la science et qui montre que la limite entre science et parascience est fine... Même si, comme pour les impressions de déjà vu ou les rêves qui impliquent des paramètres du réel, on a un peu envie e continuer à croire à l'extraordinaire...
Bizz
Séléane (qui s'est enfin décidée à lire l'article... pardon pour le retard)

sarhane 06/09/2007 18:44

Yep, quand on parle de trifouille virtuelle çà devient tout de suite moins poétique! Mais tu me connais, pour moi le cerveau est une source d'extraordinaire en lui même. Et puis l'avantage de mieux connaitre le phénomène, c'est que nous pourrions l'apprivoiser, le partager plus facilement... je dérive, je dérive... pardon! Et, comme tu le sous entend, ce n'est pas parceque cette expérience montre que nous pouvons sortir de notre corps que nous procédons comme cela dans notre pratique effective,BizSar