Le Qi gong et les grues

Publié le par sarhane

J'avais envie de parager avec vous un petit exercice de Qi Gong court, simple et imagé que j’aime beaucoup. Mon prof l’appelle " Salut au Tao " mais il associe chaque mouvement à un moment de la journée d’une grue.

Préparation :

Vous êtes debout, face au Nord, les jambes écartées de la largeur des hanches, les pieds parallèles. Déverrouillez vos genoux, c’est à dire que vous les fléchissez doucement jusqu’à trouver un point d’équilibre (une articulation tendue bloque les flux d’énergie). Votre tête est bien droite, comme flottant dans les airs ou accrochée au plafond, votre colonne est bien droite comme si elle allait s’enfoncer dans le sol. Les bras le long du corps, imaginez que vous avez deux petites balles sous les aisselles.

Vous êtes prêt.

Respirez calmement par le ventre.

Déroulement :

La grue se réveille et élève ses ailes vers l’avant : vos bras montent presque tendus, devant, en partant des coudes, comme si un marionnettiste tirait des ficelles accrochées à cet endroit du corps. Les épaules sont basses et les mains sont dirigées vers le sol.

La grue déploie et étend ses ailes : vos bras se séparent vers l’extérieur jusqu’à ne former qu’une ligne, la paume des mains se dirige vers le ciel, étirez vos bras.

La grue prend son élan puis s’envole : les bras partent légèrement vers l’arrière (les omoplates se resserrent) puis s’élèvent au dessus de la tête pendant que vous montez sur la pointe des pieds. A la fin les bras sont légèrement courbés et les paumes vers le sommet du crâne. L’oie se pose : les bras descendent devant, paumes vers le sol.

La grue défend son nid : les bras montent légèrement pour s’arrondir devant la poitrine, coudes au niveau des épaules, mains tombantes puis redescendent.

La grue se couche pour la nuit : les bras montent sur le côté, paumes vers le ciel, arrivé en haut, les poignets se cassent, les mains se retrouvent dos à dos pour redescendre devant le corps.

Et voilou ! Pas facile à décrire sans montrer, j’espère au moins que l’histoire vous plaira.

Publié dans laboratoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article