Yule

Publié le par Sarhane et Séléane

Source de l'image : http://www.4witches.com/

Yule souligne la plus courte journée de l'année, la plus longue nuit. Habituellement, le solstice est célébré le 20 ou le 21 décembre. Le soleil est à son point le plus sud-est au-dessus du tropique du Capricorne (pour l'hémisphère nord) et n'a pas de mouvement apparent vers le nord ou le sud. C'est une période festive, qui marque un tournant dans l'hiver et annonce le printemps. Cette fête est l'un des quatre sabbats mineurs de la Wicca.

La symbolique de Yule peut aussi s'appliquer dans nos vies personnelles. Yule est un temps de renouveau et une promesse : la renaissance du dieu promet le retour du soleil et de l'abondance. Il faut voir la lumière proverbiale au fond du tunnel, continuer de l'avant, mettre un point aux choses qui ne peuvent qu'empirer, et s'arranger pour les améliorer. Même si cette lumière au bout du tunnel est petite, il faut la nourrir afin qu'elle grandisse tout comme l'enfant (dieu-soleil) né au Solstice de l'hiver. C'est un temps pour s'ouvrir à de nouveaux horizons, de nouveaux buts, et laisser les anciens regrets derrière nous.

Ethymologie :

"Yule" est dérivé du mot "Jul" de l'ancienne langue norse, lequel veut dire littéralement "roue".

Yule est également connue sous les noms de Yuletide, Alban Arthuan, Gehul (saxon), Häul (gallois), Midwinter, et Noël par extension.

Tradition

Bien avant que le Monde ait entendu parler de Jésus, les païens célébraient à cette période le Soleil renaissant au solstice d'hiver. Le Feu était à l’honneur : on allumait des flambeaux et des chandelles pour rappeler le Soleil et sa chaleur. La bûche est une représentation pittoresque de la réincarnation du Dieu au sein du feu sacré de la Déesse Mère. La bûche de Noël, traditionnellement de chêne, est considérée comme l'arbre de la vie cosmique. Quelques Sorcières utilisent aussi le pin pour symboliser les dieux mourants. Un feu est allumé dans la cheminée, apportant lumière et chaleur à la maison. Une des bûches de ce feu est gardée et placée dans la maison pour la protéger jusqu'à l'année suivante, jusqu'au moment où cette bûche sera utilisée pour allumer le nouveau feu. Choisissez une bûche adéquate (la coutume veut que ce soit du chêne ou du pin). Avec le couteau à manche blanc, gravez, ou tracez à la craie, sur la bûche une image du soleil (par exemple, un disque avec des rayons) ou du Dieu (un cercle avec des cornes, ou la forme d’un homme). Mettez le feu a la bûche au crépuscule, le jour de Yule, et pendant qu’elle brûle, imaginez que le Soleil brûle à l’intérieur de celle-ci, et songez à la venue de jours plus chauds.

Source de l'image : http://www.tylwythteg.com/Yule.html

Les préparatifs du festival commençaient longtemps à l'avance. On croyait que si, au milieu de l'hiver, on pouvait se permettre un grand festin, c’est que l’abondance de nourriture est assurée jusqu’au bout de l’hiver. Des sangliers étaient sacrifiés et consommés avec de grandes quantités d'alcool. Des bouquets de moisson étaient apportés de maison en maison, accompagnées de chants. On évoque également la fertilité dans des rites. Autrefois, les filles recevaient bien plus qu'un chaste baiser sous le gui. Cette plante était considérée comme très puissante par les Druides. Ceux-ci croyaient qu'elle possédait de grands pouvoirs curatifs et qu'il donnait aux mortels accès aux mondes souterrains. Aussi, on y associait une signification phallique, basée sur l'idée que ses baies blanches représentent les gouttes de la semence du Dieu (Zeus, par exemple) en opposition aux baies rouges, du houx par exemple, qui représentent le sang menstruel sacré de la grande Déesse. C'est au profit d'un symbole d'immortalité qu'on accroche le gui au sommet de l'arbre de Noël.

C’est une fête qui réunit la famille et les amis : l'amour, l'union familiale et les réussites de l'année précédente sont glorifiés. Les cadeaux symbolisent le retour de l'abondance et de la joie. On posait des charades, pratiquait des rituels magiques. Tous décorent leur maison avec des ornements de saison: guirlandes, sapins, couronnes, rubans rouges, verts, doré, argenté, blanc Le sapin, qui conserve ses vertes épines en hiver et demeure aussi vivant que jamais, représente cette promesse du retour à la vie et d’abondance sur terre au printemps. Les familles païennes mettaient un arbre vivant dans leurs maisons pour que les esprits des bois aient une place où se réchauffer. Les cloches qu'on y mettait pendre annonçaient la présence d'esprits. On décorait les branches de l'arbre avec des gâteries à leur attention. Une étoile à cinq pointes, le pentagrame, symbolisant les éléments, était placée à la cime de l'arbre. Plusieurs de ces traditions ont été incorporées à la fête chrétienne sous une forme ou une autre, mais peu de gens connaissent leur origine.

Publié dans casse méninge

Commenter cet article